La Femme Paysage est une démarche à l'écart des collections, 

c'est une recherche de vêtements-territoires.

Elle est  inspirée des mythes fondateurs de la culture aborigène (Australie).
Les aborigènes racontent l'épopée d'êtres ancestraux qui ont sillonné la terre en surface et en sous-sol en marquant la géographie de leur passage. En fin de parcours leurs corps se transformèrent en marques physiques du paysage. La cartographie géographique se lit comme celle du corps: le paysage est anthropomorphe. Cette mythologie s'exprime dans les peintures corporelles.

Loin de vouloir récupérer des codes graphiques , penser des vêtements sur ces fondements a permis:
* D’élaborer un lien entre design de vêtement et topographie pour jouer avec les échelles:
 
( la peau que le corps habite évoquant le paysage que le corps parcourt)
* De dissoudre les limites du corps (jouer sur les notions de peaux)
* D’insister sur le mouvement même dans la matière (incarnation d’un déplacement, d’une danse)

* photographies:  Matthieu Gauchet
* modèle: Marie Barbottin, danseuse

MG_ML_MM_08

MG_ML_MM_06

MG_ML_MM_07

MG_ML_MM_05

MG_ML_MM_04

MG_ML_MM_01

MG_ML_MM_09

MG_ML_MM_10

MG_ML_MM_11

Ces photographies sont en vente. Pour connaitre les formats et tarifs, contactez Matthieu Gauchet:
gauchetm@yahoo.fr

 


 

Performance de La Femme Paysage, 15 mars 2008:

*didgeridoo: Adèle Blanchin
*danse: Marie Barbottin
*photographies de Hanfei Chen

DSC_1597

double_2



DSC_1621

double_3 

double_1